Azure Migrate – évaluation & configuration avec VMware

On me pose souvent la question suivante  « Comment faire migrer les workloads locaux déjà présents sur le Cloud et surtout, comment évaluer les frais opérationnels sur Azure ? ». Cet article élude le service « Azure Migrate“ qui peut être d’une grande aide sur ces thèmes.

Azure Migrate est un service que Microsoft a mis à disposition sur Azure début 2018. Le service évalue les VMs locaux à disposition et rassemble des informations sur le CPU, la mémoire vive, la mémoire et le réseau. Dans le portail Azure, une évaluation se basant sur ces informations peut être configurée et donner une proposition pour la voie de migration et une estimation des dépenses opérationnelles à prévoir.

Conditions requises

  • VMware
    • Au moment de la rédaction de cet article, Azure Migrate n’est compatible qu’avec VMware. Les autres plateformes de virtualisation ne sont pas supportées. La compatibilité pour Hyper-V est prévue est sera probablement possible à l’avenir.
    • Les versions de serveurs vCenter 5.5, 6.0, 6.5 sont compatibles. De plus, une version ESXi 5.0 ou plus récente doit être installée afin de pouvoir mettre en place la VM « Azure Migrate Collector ».
  • Compte sur le serveur vCenter
    • Nécessite au moins les droits de lecteure sur les VMs présents à évaluer.
  • Souscription active à Azure

Source : https://docs.microsoft.com/en-us/azure/migrate/tutorial-assessment-vmware

Configuration

Projet de migration sur le portail Azure

Nous allons commencer par l’installation et la configuration d’Azure Migrate, qui se sont avérées étonnamment simples. Le premier pas consiste à  démarrer le service Azure Migrate sur le portail Azure. Vous le trouverez dans l’emplacement indiqué dans la capture d’écran ci-dessus.

Ensuite, il s’agit de donner un nom au projet de migration et de le rattacher à un groupe de ressources. NB : Au moment de cette démonstration, le service n’est disponible qu’en « East US » et « West Central US ».

Une fois que le projet a été créé, vous pouvez accéder à une vue d’ensemble. Vous pouvez télécharger la version collector via « Discover machines ». Le template OVA sera nécessaire plus tard afin de collecter les informations de vSphere et de générer une évaluation. L’OVA doit être téléchargé et les « project credentials » copiés et enregistrés pour plus tard.

Azure Migrate Collector VM

Une fois le service « Azure Migrate Collector » mis en place (VM depuis le template OVA), il ne reste plus qu’à l’associer avec le vCenter et Azure. Pour cela, il faut démarrer la VM précédemment créée et choisir le lien sur le bureau « Run Collector ». Les conditions requises sont vérifiées et confirmées.

Lors de la prochaine étape, il s’agit d’installer la connexion avec le vCenter. Pour cela, il faut sélectionner un compte disposant au minimum des droits de lecture pour la VMs à migrer. Dans « Select Scope / Host and Clusters » vous pouvez choisir d’évaluer le vCenter tout entier ou seulement une partie choisir de la structure vCenter. Dans cette démo, nous incluons seulement le domaine « \Microsoft Azure Lab » qui contient 4 VMs.
Conseil : Cette sélection indique seulement sur quelles VMs des informations peuvent être collectées. Cela ne signifie pas qu’elles sont automatiquement comprises dans l’évaluation. Sur le portail Azure, je peux définir quelles VMs doivent être prises en compte  lors de l’évaluation. Plus de détails dans le chapitre suivant.

Dans la prochaine étape « Specify migration project » , le « Azure Migrate Collector » sera connecté au projet de migration Azure créé ci-dessus. Pour cela, vous avez besoin d’une « Project ID » déjà enregistrée et d’une « Project Key » correspondante.

Ensuite, les informations des VMs concernées seront collectées auprès du vCenter. Une fois que cela est effectif, la configuration du « Azure Migrate Collector » est complète.

Evaluation

Les 4 VMs se trouvent sur le portail Azure sous « Machines » dans le projet de migration. Vous pouvez d’ores et déjà y apercevoir quelle VM dispose combien de mémoire, de disques, de cœurs, etc.

A gauche dans le menu, sous « Overview », vous pouvez lancer une évaluation sur « Create assessment ». Pour cela, il faut créer un groupe de VMs à inclure dans l’évaluation. Dans cette démonstration, seulement 2 des 4 VMs présentes sont sélectionnées.

L’évaluation est maintenant prête à être créée avec les paramétrages de base et peut être analysée. Cela se présente comme suit et liste des valeurs correspondant aux dépenses mensuelles prévues (ordinateur et stockage) ainsi que les VMs prêtes à migrer vers Azure. Dans « Azure Readiness », vous trouverez des informations supplémentaires, comme par ex. la voie de migration proposée, c’est-à-dire l’outil à utiliser pour la migration vers Azure.

Paramètres

L’évaluation a été créée et est prête à l’emploi. Tout va bien jusque-là. Toutefois, les réglages sont toujours standardisés et doivent être personnalisés. Sur l’aperçu de l’évaluation, tout en haut, se trouve le bouton « Edit properties ». Ici, vous pourrez modifier les réglages selon vos besoins. Voici les plus importants…

  • Target location
    • Ici, vous pouvez définir dans quelle région d’Azure les machines doivent être migrées à l’avenir. Cela aura une influence sur le prix et sur les différentes types de VM Azure.
  • Reserved instances
    • Sélectionnez ici si les reserved instances (RI) doivent être utilisées ou non. Il s’agit de considérer que les RI peuvent vous permettre de profiter d’un rabais considérable mais que la VM doit être achetée intégralement et payée d’avance pour une réservation (1 à 3 ans) future.
  • Sizing criterion
    • Si vous choisissez « As on-premises », alors la capacité des VM ne sera pas prise en compte, seulement les ressources attribuées. La VM sera donc mise à disposition telle quelle sur Azure. Généralement, cela a une influence négative sur le prix et n’est pas un réglage avantageux.
    • Avec « Performance-based », la capacité effective des VM on-premises, la VM est analysée et une proposition basée sur ces données est faite. Par exemple, si 16 GB de mémoire vive sont attribués aux VM on-premises mais que seulement 3 GB sont utilisés, alors l’évaluation proposera une VM plus petite, c’est à dire avec 4 GB de mémoire vive (dépend des configurations suivantes).
  • Comfort factor
    • Si vous avez choisi l‘option « Performance-based » dans « Sizing criterion », alors vous pouvez configurer ici avec quel facteur la capacité effective doit être multipliée. La configuration standard est basée sur un facteur 1.3x.
  • Currency
    • Ici, vous pouvez choisir la devise utilisée pour afficher le prix.
  • Discount
    • Si un rabais est disponible, vous pouvez l’appliquer ici.
  • VM uptime
    • Ce point définit le nombre d’heures nécessaires à prévoir pour les VMs Azure. Si les VMs sont down le week-end par exemple, les jours/heures peuvent être adaptés en conséquence. Cela aura, en toute logique, une influence positive sur le prix.

Tarifs

L’utilisation d’Azure Migrate est gratuite, toutefois, d’autres services Azure dont vous pourriez avoir besoin pour la migration de vos workloads sur Azure sont payants. Pour utiliser des fonctionnalités de visualisation d’Azure Migrate, une Service Map est requise. Lors de la création du projet de migration Azure, le service génère automatiquement un espace de travail log analytics en votre nom.

  • Si vous utilisez une solution autre que Service Map dans ce domaine de travail, les tarifs log analytics standard s’appliquent.
  • Pour la solution Service Map, il n’y a pas de frais durant les 180 premiers jours après la création d’un projet Azure Migrate. Après ces 180 jours, les tarifs standards s’appliquent.

Source : https://azure.microsoft.com/de-de/pricing/details/azure-migrate/

Informations supplémentaires

Vous souhaitez obtenir plus d’informations, une démonstration ou simplement discuter des différentes possibilités s’offrant à vous ? Rendez-vous sur le site officiel Azure-Migrate  de Microsoft ou contactez Tech Data (Suisse) GmbH. N’hésitez pas et faites un pas vers votre avenir dès aujourd’hui.

Nous sommes là pour vous.

Dominic Benndorf